N-D de Celles

 

                                                                                            

 

- Situation

- Historique

- L'édifice

 

- Les travaux

- L'Association

- Quelques documents

                                                                                                            

"Site unique et majeur de l’histoire religieuse en Ariège"

 

La chapelle Notre-Dame de Celles est posée à flanc de colline, à 720 mètres d’altitude et surplombe la vallée dite de Belmont en limite des communes de Celles et de Freychenet. Le site est Inscrit aux Monuments Historiques depuis le 20 novembre 1942.

 

 

 

Historique :

                                           Le 28 mai 1686 Jean COURDIL, un jeune paysan qui revenait des champs dit avoir eu une vision de la Vierge alors qu’il était  près de la fontaine de Pla-Rouzaud. Six semaines plus tard, lors d’une seconde apparition, la Vierge lui indique que « la fontaine était bonne »...                 

                                          Dans les six mois qui suivirent, deux enquêtes, dont les documents qui les relatent existent toujours, furent menées.

                                          Quarante-deux guérisons attribuées à l’eau de la fontaine furent, alors, recensées. La notoriété de cette apparition et des « miracles » qui en résultèrent ne cessa de s’étendre bien au-delà de la Vicomté de Celles. Des dons affluèrent alors pour la construction d’une chapelle qui fut bénie le 8 septembre 1695. 

                                     

                                           Le XVIII° siècle voit des aménagements du site ; des guérisons sont toujours signalées ; la renommée de la chapelle dépasse les frontières ; un chemin de croix extérieur de 2 km environ, reliant la sortie de Celles à la chapelle est installé.

                                         La Révolution semble avoir laissé l’édifice dans un état pitoyable faute de curé durant quelques décennies ; la nomination d’un nouveau curé, en 1837, permet de sauver le sanctuaire et de réorganiser le culte de Notre-Dame de Celles. Des dons, sous forme de financement ou de journées de travail affluent, en provenance du département, de la région et bien au-delà : de Saint-Brieuc, de Strasbourg... 

                                         Un livre consacré à l’origine du sanctuaire dont la première édition date de 1859 ancre la renommée de la chapelle au moment où se développe le culte de Lourdes (qui ne date que de 1858).

                                          Pour la période de mai à novembre 1861, la fréquentation du lieu par les pèlerins est estimée à 20 000.

                                      

 

                                         Cette fréquentation religieuse ne baissera qu’à la fin du XX° siècle.  La chapelle n’est alors ouverte que les jours de pèlerinage (en général le 3ème dimanche de juillet) où plusieurs centaines de fidèles s'y retrouvent, ainsi que pour des cérémonies telles que mariages, baptêmes ou confirmations. Cependant une nouvelle affluence, de type touristique, se manifeste depuis quelques années.

 

 

Des travaux sont réalisés par les curés-chapelains successifs (avec l'aide de pèlerins, d'entrepreneurs locaux ou ... des chasseurs qui aident efficacement leur collègue curé-chasseur, l'abbé Sablé), en particuliers après la tempête de novembre 1982.

Une souscription lancée par l'abbé Sablé ne pourra pas être utilisée en raison du décès de son chapelain... Elle sera remise à l'Association pour la restauration de la chapelle de Celles après sa création en 1999

2001: fermeture de la chapelle (pour raisons de sécurité) et lancement de gros travaux de restaurations devenus indispensables...

 

Voir :

 http://www.histariege.com/celles.htm#Chapelle%20ND%20de%20Celles%20et%20ses%20apparitions

 

http://ariege-catholique.cef.fr/site/129.html

 

 

 

L’édifice :

 

     situation en 1999

 

 

Si le terme de "chapelle" est objectivement un terme juridique, bien des églises lui envient son ampleur: c'est une bâtisse d'environ 50 m de longueur sur 12 m de large et d'une hauteur de 13 m

 

 

Construit à la fin du XVIIéme siècle (bénédiction en 1695), l’édifice eut à souffrir périodiquement de conditions météorologiques difficiles (pour ces dernières années : nuit du 7 au 8 novembre 1982 ; tempête de Pâques 2001 notamment).

 

     L’année 2001 fut un tournant dans la vie de ce sanctuaire : le pèlerinage et les offices religieux durent être annulés sur le site en raison de la dégradation de l’édifice qui menace ruine…  

 

           La chapelle présente alors plusieurs symptômes de dégradation :

§                       Le mur sud de l’édifice, très fissuré et dégradé, a tendance à s’écarter du raccordement de la voûte.

§                       Elle subit depuis longtemps le tassement, voire le glissement, du remblai sur lequel repose le mur Sud.

§                  Les infiltrations de la source sous le mur Nord contribuent largement aux dégradations de l’ensemble.

§                  La voûte sur la partie Est, au-dessus de la tribune, qui menaçait de s'écrouler a été démontée.

§                  La tempête du printemps 2001 a détruit la rosace Est.

§                  L’état de la charpente expertisée le 06/12/2002 est très inquiétant

 

                                                          

 

Les Travaux :  (réalisés depuis 2001) (cliquez sur les images pour les agrandir)

       

 

 

                                                        

  

                                                 

 

 

Décapage des murs intérieurs par les membres de l’Association (Mai 2005)

   

 

 

 

Ainsi, le 19 juillet 2008 verra la réouverture de la chapelle:

 

   

 

Restauration grâce aux dons faits par souscription par le dernier curé de Saint-Paul et chapelain de la chapelle (30 000€), l'abbé Sablé, puis par les dons et subventions obtenus par l'association pour la restauration de la dite chapelle.

 

 

 

L’association :

 

Afin de soutenir la commune de Celles (propriétaire des murs) dans son projet de sauvegarde de la chapelle, l’association pour la restauration de la chapelle Notre Dame de Celles a été créée en septembre 1999.

 

Son but statutaire est : la sauvegarde et la restauration de la chapelle Notre-Dame de Celles et de son site. (JO du 20/11/1999). Son siège social est fixé à la Mairie de Celles. Elle regroupe des membres actifs et des amis donateurs.

Le soutien matériel et financier de l’association est absolument nécessaire pour la réalisation du projet porté par la petite commune de Celles (une centaine d'habitants). Aussi, toute contribution par adhésion ou don est-elle particulièrement bienvenue:

Association pour la Restauration de la Chapelle ND de Celles

Mairie

09000 Celles

 

Quelques documents :

 

 

1-     Photographie de l’Abbé Mouychard à l’origine de la construction de l’église de Celles et de la reconstruction de la chapelle ND de Celles de 1854 à 1878

 (Arch. J.J. Pétris)

 

 

 

2-  Copie ci-dessous d'extraits de documents (Arch. J.J. Pétris) : (cliquez sur les images pour les agrandir)

 

   a) Extrait de l’acte de baptême de Jean Courdil

"Le 4ème jour du mois d'octobre de l'année mil six cent soixante dix, dans notre église de Celles, par nous soussigné, a été baptisé Jean, fils de Bernard Courdil et de Françoise Ferran, mariés. Le parrain a été Jean Lafont et la marraine Françoise Ferran. Présents: Antoine Barrou et Pierre Sabardu qui ont dit ne pas savoir signer.

En foi de quoi, LANNES, prêtre et curé de Celles"

 

         b) Copie du début du manuscrit de la première enquête du 21 juillet 1686 menée par les prêtres Charles Clarac (Roquefixade) et Jean Barrière (St-Paul) 

 

 

 

     c) Copie du début du manuscrit de la deuxième enquête du 28 octobre 1686 menée par le vicaire général et official du diocèse de Pamiers, Simon Dandaure