Le Pont du Diable à sec ?

 

 

Deux photos diront plus que tous les discours :

 

Photo prise le 15 juin 2013 :

 

(Cliquer pour agrandir)

Photo prise le 6 décembre 2013 :

 

Le 6 décembre 2013 n’a pourtant pas fait suite à une sécheresse… il a beaucoup plu en novembre, puis beaucoup neigé…

 

Comment expliquer cette baisse subite du niveau de l’eau sous l’arche du Pont du Diable ?

 

Réponse :

l’EDF est passée par là… !

 

Pourquoi ?

En vue d’une réunion prochaine (le 19 juin 2013) consacrée « au projet de démolition de la Chaussée Saint-Antoine », les agents EDF organisent, juste avant celle-ci, une sortie pour les agents de l’Etat sur les lieux du « barrage Saint-Antoine » situé à 250 m en aval du Pont du Diable …

Propriétaire de cette chaussée (ou "barrage") (située près des anciennes usines Saint-Antoine) qui fut bâtie en 1837 par le même polytechnicien qui construisit le fameux Pont du Diable, EDF, sous le prétexte de sécuriser l’endroit (promeneurs, pêcheurs, canoë-kayak, de continuité piscicole (CR du 19 juin), souhaite la démanteler…

Selon les sources Internet d'EDF, nous lisons: "La chaussée a été construite au début du XXème siècle (voir note 1) pour alimenter une centrale électrique. A la construction de l'aménagement de Ferrières, en 1985, la chaussée s'est retrouvée dans le tronçon court-circuité du barrage de Garrabet et sa production a été arrêtée. La chaussée n'ayant plus d'utilité, présentant des signes de fatigue, et constituant un obstacle à la continuité écologique, il a été décidé de déconstruire l'ouvrage". Dans sa présentation,  il est bien dit que le Pont du Diable est un "monument hautement historique dans le département ariégeois" .

Or, nous nous sommes rendus sur les sites du barrage Saint-Antoine et le Pont du Diable quelques jours (le 15 juin) avant  cette réunion du 19 juin, sachant qu'une visite a eu lieu in situ. L’Ariège, alors, est « grosse »… et l’eau, au niveau du Pont du Diable, a retrouvé ses habitudes antérieures à la construction du barrage de Garrabet (ce qui était exceptionnel!).  Une note d'EDF en date du 27 juin 2013 montre les photos pour étayer son argumentation: elles datent du 19 juin 2013, jour de la réunion en préfecture... "Que d'eau! que d'eau" aurait dit Mac-Mahon...

Lors de la réunion en préfecture, il est demandé l’assurance que la démolition de cette chaussée ne va pas faire baisser le niveau de l’eau sous le Pont du Diable. Evidement, EDF déclare que tout a été étudié et que les lignes d’eau existantes, en visuel, ne changeront pas…

Quelques jours après (le 27 juin 2013), EDF écrit  dans son paragraphe intitulé "Contexte particulier du pont du Diable":

"Comme évoqué en séance du 19 juin, les études topographiques et hydrauliques réalisées en préalable à celle portant sur la démolition de la chaussée ont mis en évidence que les travaux envisagés par EDF n'auront pas d'impact sur la ligne d'eau au droit du pont du Diable (pas de déchaussement des fondations des piles du pont)" (Note 2).

 

Les travaux ont été rondement menés… (du 9 septembre au 10 octobre 2013, pour un montant de 70 000€, dont 25% ont été financés par l'Agence de l'eau et 20% par le Conseil Général)... et depuis cet automne, la zone de la chaussée de Saint-Antoine a changé d’allure au point de ne presque plus s’y retrouver…

 

Photo prise par nos soins le 15 juin 2013 (semblable à celle prise par EDF le 19 juin, jour de la réunion en préfecture)

 

A comparer avec celle-ci prise le 20 mai 2007 (débit normal)

 

Et qui devient celle-ci le 6 décembre 2013 :

 

 

Ou si vous préférez :

 

 (Photo prise le 20 mai 2007)

 

A comparer avec celle-ci prise le 6 décembre 2013 :

 

 

Mais… attention !

Au Pont du Diable, EDF vous prévient (par un panneau) toujours du danger... avec les anciennes photos (montrant le niveau de l'eau):

 

  Avant… Après… (cliquer pour agrandir!)

 

Et maintenant…. ?

 

Réponse :

 

(photo prise le 6 décembre 2013 depuis le pont du Diable)

 

Avis à la population!...:

L’été prochain (sans grande sécheresse) l’on pourra traverser l’Ariège à gué… !

Historique!

 

(Lorac de Cor: décembre 2013)

 

Note 1:

La chaussée a été construite en 1837 pour alimenter les usines métallurgiques de Saint-Antoine... (par Léo Lamarque, constructeur au même moment du Pont du Diable). Ce n'est qu'avec le rachat de ses usines (bien des années après) qu'EDF en devint propriétaire et les utilisa jusqu'il y a peu... Les plans cadastraux de 1847 montrent, déjà, cette digue...

(Cliquer pour agrandir: projet de la chaussée écrit par Léo Lamarque, en "patois", en 1836... et réalisé dans la foulée...)

 

Note 2:

La Commission des Sites, lors de la construction de la centrale hydroélectrique de Ferrières, avait imposé une côte de niveau d'eau au Pont du Diable - sa construction même avait été subordonnée à ce maintien- (le "barrage de Saint-Antoine" devait "caler" ce niveau; cela est rappelé à la D.D.A. en 1991, à la D.D.E, en 1992, etc...).